Mapuche-hommes de la terre
| home | bref | dernières nouvelles | dossier | plus d'infos | liens | contact |
Informations en bref.:

La situation se tend en zone de conflit mapuche après l’annonce de la condamnation des prisonniers politiques en grève de la faim.

-----------------
22 octobre 2007
Troisième communiqué des prisonniers politiques mapuches en grève de la faim

Source : prisonniers politiques d’Angol.

Les prisonniers politiques incarcérés dans la prison d Angol déclarent:

Aujourd’hui 22 octobre 2007, nous sommes en grève de la faim depuis 12 jours, et nous avons perdu environ 9 kilos

Les objectifs de cette mobilisation sont:

Liberté immédiate pour tous les prisonniers politiques mapuches incarcérés dans les différentes prisons chiliennes

Nous voulons préciser que nos exigences sont celles-ci et aucune autre au contraire de ce qui a été dit dans la presse, pour le moment nos demandes ne concernent ni la signature de l’accord 169 de l’OIT, ni la reconnaissance constitutionnelle.

Nous voulons aussi clarifier que nous ne demandons pas la révision de la « loi Navarro », qui s’est discutée l’année dernière et nous réaffirmons que cette mesure n’a absolument rien résolu. C’est pour ces raisons que nos exigences se dirigent directement au pouvoir exécutif pour qu’il intervienne et propose une solution effective pour les prisonniers politiques mapuches en particulier au travers d’un dépénalisation des procès en cours.

Et nous voulons dire clairement que jusqu’à cette date il n’y a eu aucun rapprochement, ni commentaire de la part des autorités compétentes.

Pour ces mêmes raisons nous annonçons un durcissement de cette mobilisation, qui comme nous l’avons signalé plus haut, compte avec l’appui des communautés en conflit, du mouvement mapuche autonome et de nos réseaux d’appui au chili et à l’étranger. Enfin nous remercions pour l’appui de notre peuple et de ses organisations conséquentes, les communautés mobilisées et les différents groupes qui soutiennent la cause mapuche, à tous 

WEUWAIÑ- MARICHIWEU
PATRICIA TRONCOSO ROBLES
JAIME MARILEO SARAVIA
JOSE HUENCHUNAO MARIÑAN
HECTOR LLAITUL CARRILLANCA
JUAN MILLALEN MILLA

Prison d’Angol

-----------------
26 Octobre 2007
Six condamnations requises pour agressions sur des juges

Source journal el GONG

Des peines de prison requises par le tribunal de grande instance de Temuco pour six des onze responsables de communautés mapuche de la communauté Juan Paillalef pour agression sur des juges.  La seconde salle du tribunal oral de Temuco, intégrée par les magistrats Erasmo Sepúlveda, Gonzalo Garay et maría Georgina Gutiérrez, ont condamné six des onze membres de la communauté mapuche Juan Paillalef, dont l’autorité principale est Juana Paillalef Calfunao.(actuellement en grève de la faim (ndt) Les mapuches condamnés sont Jorge Landeros Calfunao, Luisa Calfunao Paillalef, Antonio Cadin Huentelao, Juana Rosa Calfunao Paillalef, et Carolina Landeros Calfunao, les trois premiers sont accusés d’attentat contre les autorités et lésions mineures sur les juges Luis y Mauricio Torres, Carolina Landeros est condamnée pour attentat contre les autorités. Juana Rosa Calfunao est condamnée pour attentat contre les autorités et soustraction et destruction d’un dossier de justice. Pour dommages qualifiés sont condamnés Rosmelia Neculmán Calfunao y Antonio Cadin Huentelao. Ont été relaxés : Ernesto Loncopán Villagrán, Víctor Guíñez Hernández, Juan Carlos Garrido Lincopán, Fernando Braulio Lincopán Villagrán y Gloria Romero Cheuquepil. L’audience à ce jour n’est pas terminée mais la sentence définitive sera dictée le 31 octobre.

-----------------
26 Octobre 2007
Bachelet suspend sa visite à l’Araucanie
Source TVN et journal El Gong

Alors que les grève de la faim des prisonniers politiques mapuches se généralisent et s’intensifient, la présidente Michèle Bachelet a suspendu de façon imprévue la visite prévue pour aujourd’hui en Araucanie, officiellement pour un conseil des ministres extraordinaire sur le « Trans Santiago » et la sécurité urbaine. Extra officiellement les rumeurs laissent entendre que le climat de violence et d’insécurité qui règle dans les zones en conflit serait une des raisons primordiales de cet ajournement. Le 26 octobre est en effet un jour de mobilisations pour les prisonniers politiques mapuches en grève de la faim depuis de nombreuses semaines, contre les megas projets des entreprises minières, les centrales hydrauliques, l’aéroport de Pelales, auxquels il faut ajouter la mobilisation des étudiants mapuches de Temuco qui réclament une amélioration des infrastructures qui les accueillent.  Les organisations mapuches ont maintenu leur appel à la mobilisation et selon le journal télévisé de TVN de violents incidents se sont produits autour et dans Temuco, barricades, interruption de transit, il y aurait de nombreux détenus mapuches.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»