Mapuche-hommes de la terre
| home | bref | dernières nouvelles | dossier | plus d'infos | liens | contact |
Informations en bref.:

7 mars 2008
Agression contre la communauté Juana Millahual, Rukañanco
Extraits de la Déclaration de la CAM concernant l’Agression contre la communauté Juana Millahual, Rukañanco

Mapuche

image: mapuexpress

Nous dénonçons une nouvelle agression policière contre la communauté Juana Millahual, Rukañanco qui se trouve sur la commune de Contulmo et sur les bords du lac Lleu Lleu. Un groupe de carabiniers a fait une incursion à l’intérieur de la communauté durant laquelle ils tiré des coups de feu à quelques mètres des maisons des membres de la communauté et en particulier de la maison du lonko Iván Llanquileo

Plus grave encore est la négation des faits de la part de la direction zonal des carabiniers, tout comme de la préfecture de province, qui ont démenti que cette action soit en relation avec la recherche du lonko Iván Llanquileo

Il s’agit d’une procédure absolument irrégulière qui ne peut être qualifiée que de provocation et agression. Il n’est pas possible que des carabiniers entrent dans n’importe quelle communauté en tirant des coups de feu, sans présenter d’ordre judiciaire et mettant ainsi en péril tous les habitants de la zone, en particulier les enfants et les anciens.

Ce n’est pas la première fois que cette communauté doit supporter ce type d’agression ni l’unique communauté dans cette situation. Souvenons nous de la détention sur la voie publique de plusieurs frères de la communauté de Tranicura en janvier dernier qui a généré une forte résistance de la part des communautés du secteur.

De plus les détenus ont alors été accusés de faits qui sont survenus après leurs détentions et ont été « convaincus » par le défenseur public assigné d’office, de s’auto inculper pour pouvoir récupérer leur liberté.

Nous dénonçons aussi la persécution policière dont sont objets nos frères les plus conséquents, pression qui maintient prisonniers Hector Llaitul et Roberto Painemil sans autre preuve de plus qu’un grossier montage qui inclue tortures et menaces de mort contre les inculpés et leurs familles.

Cette persécution s’étend aussi aux membres des réseaux d’appui de la CAM avec l’inculpation de nombreux frères, membres de ces groupes, au travers d’accusations risibles et ridicules.


-----------------
7 mars 2008
Gigantesque incendie sur la communauté de Temucuicui.
source organisation Meli Wixan Mapu

Le 7 mars un important incendie s’est déclaré autour de la communauté en conflit de Temucuicui. Le sinistre s’est déclaré alors que des forces de police réalisaient une opération sur le secteur. Le feu a détruit environ dix hectares appartenant à la communauté et s’est rapproché dangereusement, environ trente mètres, des habitations des membres de la communauté. Selon la communauté celle-ci aurait prit contact avec les pompiers les carabiniers et la CONAF (équivalent de l’ONF) qui auraient répondu ne pas pouvoir intervenir sur le sinistre en raison du caractère très conflictuel de la dite communauté.

10 mars extraits de la déclaration de la Coordinadora Arauco Malleco concernant cet incendie

La communauté mapuche de Temucuicui au travers de la présente déclaration dénonce une nouvelle forme de menaces et pressions de la part de l’état chilien et des colons en particuliers qui se trouvent autour de notre communauté:

Le lundi 3 mars, aux environ d’onze heures, des membres de notre communauté ont observé l’entrée de deux groupes de personnes fortement armées, un d’entre eux s’est identifié comme particulier et l’autre comme police de recherche.

Ces deux groupes ont sillonné une grande partie du fundo Alaska, terres récupérées et sous contrôle de notre communauté. Quelques minutes plus tard, une épaisse fumée est apparue provenant du secteur où ces groupes se trouvaient. Nos frères ont immédiatement informé la communauté qui s’est rendue sur les lieux pour voir ce qui se passait.

Ils ont pu constater que l’incendie était intentionnel, en raison des traces d’hommes et de chevaux sur nos terres incendiées. Au moment où s’est produit cet incendie intentionnel, notre communauté a sollicité avec insistance l’aide de la CONAF pour détenir et contrôler l’incendie, il était en effet impossible de le réduire sans cette aide. Malheureusement l’institution n’a pas répondu à notre demande et a ainsi provoqué la destruction d’environ 45 hectares de foret native et de pins, en plus de la destruction totale d’une maison qui se trouve dans ce secteur de notre communauté.

La terre récupérée par notre communauté a une valeur incalculable.

Nous avons travaillé très longtemps pour la remettre en état et récupérer les sols dégradés par les activités de la compagnie forestière Mininco. C’est de ces terres que nos familles tirent leurs ressources économiques et nous ne permettrons pas que l’ont porte atteinte à nos biens.

Ceci nous rappelle les violations que nous avons vécu à Antaño, quand au travers d’incendies ils nous ont dépossédé de nos terres ancestrales. Cette nouvelle forme de menaces et d’oppression orchestrée par les institutions de l´état chilien, porte clairement atteinte à nos ressources naturelles que nous avons récupéré comme communauté autonome mapuche.

De plus il est très clairement démontré que beaucoup des incendies et destructions de propriétés dont on nous accuse sont intentionnels et réalisés par des agents de l’état ou par les propriétaires, ce qui provoque et justifie ensuite la persécution des dirigeants et membres de communautés qui n’ont rien à voir avec ces faits mais qui appuient la juste lutte revendicative que mène notre peuple nation mapuche. Pour ces raisons la communauté mapuche de Temucuicui ne permettra plus l’entrée de personnes étrangères à notre communauté sur nos territoires et nous appliquerons notre droit légitime au control territorial.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»