Mapuche-hommes de la terre
| home | bref | dernières nouvelles | dossier | plus d'infos | liens | contact |
Informations en bref.:

23 juin 2008
Expulsion des citoyens italiens
source: http://www.elmostrador.cl/

Le gouvernement a décidé de rejeter la demande de reconsidération présentée par les citoyens italiens Dario Ioseffi y Giuseppe Gabriele et a ainsi ratifié l’expulsion immédiate du pays.

Le rejet est justifié par le ministère de l’intérieur par les liens qui existeraient entre les jeunes italiens et les revendications mapuches.

Le 23 juin ils ont donc été conduits vers l’aéroport international de Santiago où ils sont montés sous escorte dans l’avion qui les a ramené dans leur pays d’origine.

-----------------
25 juin 2008
Jorge Huenchullan, devant la justice.
source: publicado por Comisión de Comunicaciones

Le 25 juin commencera le procès contre Jorge Huenchullan, porte parole de la communauté autonome de Temucuicui, pour menaces de mort contre des carabiniers ainsi que d’autres accusations.

Parmi les chefs d’inculpation il est accusé des faits qui se sont produits le 2 février 2008 quand la police a détenu 8 membres de communautés mapuches durant un acte public dans la zone de Temucuicui. Les jeunes mapuches ont été maltraités devant la population d’Ercilla, puis remis rapidement en liberté.

Jorge s’est rendu au commissariat pour s’informer et il a été immédiatement arrêté. De toutes les personnes détenues la seule qui est aujourd’hui inculpée est Jorge Huenchullan, tous les autres ont été remis en liberté pour faute de preuves.

-----------------
Juin 2008
Lettre ouverte de la mère de Mathias Catrileo

La mère de Mathias Catrileo a rédigé une lettre ouverte à la présidente de la république qui a été remise à la Moneda après avoir été signée par de nombreuses organisations mapuches et d’appui au peuple mapuche.

« Michelle, femme, mère? Camarade de lutte contre la dictature de Pinochet? Pourquoi avez vous permis aux carabiniers de tuer mon fils Mathias valentin Catrileo, étudiant de 23 ans qui aimait la vie et luttait pour la libération de son cher territoire. Ils l’ont abattu d’une balle mortelle le 3 janvier de cette année à Vilcun. Je crois avoir droit à une explication…Six mois après l’assassinat de Mathias, je crois que suffisamment de temps a passé pour prêter attention aux manifestations et demandes du peuple mapuche. Pour Mathias jusqu’à maintenant je ne vois qu’impunité. Comme mère je sens que quand il ont tiré sur mon gamin ils ont aussi détruit une partir de mes entrailles et cela importe à votre gouvernement, tout au contraire le jour de sa mort vous nous avez envoyé une répression du plus pur style dictatorial. Je ne peux m’empêcher de me souvenir et comme beaucoup de me sentir trahie, trahie dans la lutte que nous avons mené avec beaucoup de votre gouvernement pour en finir avec le dictateur. Souvenirs: plébiscite. « Nous allons dire non, pour que jamais plus ne se commentent les atrocités commises contre les droits de l’homme, Chili la joie maintenant revient, embrassades pour le triomphe du non, nouvelles espérances que s’ouvrent les grandes allées pour que puissent y marcher avec d’autres Alex Lemun, Rodrigo Cisternas, Johnny Cariqueo, Claudia Lopez, et mon aimé Mathias Catrileo LIBRES.

Que s’est-il passé? Que vivons nous dans cette pseudo démocratie consolidé ?

Une société où chaque fois plus les grands groupes économiques sont au pouvoir et où dans les faits, il est possible de voir que le droit à la propriété privée est plus important que le sacré droit à la vie. Un gouvernement qui n’écoute pas les demandes du peuple. Un état qui permet l’exercice d’une répression démesurée et sans contrôle. Un territoire sur lequel les frères et sœurs mapuches ont été injustement détenus, poursuivis et assassinés pour défendre leur patrimoine ancestral. Leurs terres sont envahies par les entreprises forestières et d’autres projets rentables qui détruisent la cosmovision et les coutumes de vie, que le peuple mapuche maintient depuis des centaines d’années. En voyant cela et en partageant avec les mapuches Mathias s’en est ému et a décidé de lutter contre l’indignité, d’aider a asseoir les bases pour récupérer une autonomie d’autogestion. Mon fils pour cette juste lutte a été exterminé. Où en est- on de la dette historique du chili envers ses peuples originaires? De ceci rien ne transpire, au contraire seulement des abus de pouvoir pour nous liquider.

Vous devez savoir que la douleur donne des forces et que j’utiliserai, avec d’autres, toute mon énergie pour continuer à dénoncer la répression et toutes les injustices. Vous avez pu assassiner et écraser nos fils et nos filles, mais les idéaux sont immortels et bientôt les gens n’auront plus peur et lutterons avec plus de forces pour ces causes justes. Comme être humain, comme être social conscient, et plus encore comme mère, il est de mon devoir éthique et moral d’exiger justice et changements. Raisons pour lesquelles je sollicite formellement que les autorités pertinentes mènent l’instruction et qu’elles prennent les mesures nécessaires et suffisantes pour que de manière urgente:

Que cesse la répression cruelle et sans pitié qui s’exerce contre le peuple mapuche et non mapuche, assez de tortures physiques et psychologiques. Que soit assuré de façon concrète un procès juste pour le cas de Mathias Catrileo et qu’ainsi le juge d’instruction puisse accuser l’assassin de mon fils. Que soit retiré le contingent disproportionné des forces spéciales de la police dans les zones de conflits mapuches. Que soient respecté les traités et accords internationaux en relation avec les peuples originaires. En synthèse j’exige que se respecte le droit à la vie qui ne devrait dépendre ni de l’etat ni du pouvoir économique. Il vous appartient madame la présidente de donner un remède à ces situations et votre action restera dans votre conscience.»

Mónica Quezada Merino

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»