Mapuche-hommes de la terre
| home | bref | dernières nouvelles | dossier | plus d'infos | liens | contact |
plus d'infos:

22 Septembre 2003
Le tribunal accuse les Lonkos de menaces.

Les Lonkos Pascual Pichun et Aniceto Norin ont été innocentés du délit terroriste déposé par les avocats de l'accusation et Juan Agustin Figueroa. De la même manière Patricia Troncoso a été innocentée de toute responsabilité dans les différentes accusations prononcées.

Le tribunal pénal d'Angol a déclaré coupables les Lonkos Mapuches du délit de menaces terroristes, dans le cadre du second jugement réalisé contre les inculpés. Les juges ont déclarés coupables los Lonkos de menaces d'incendies terroristes contre les propriétaires du fundo Nancahue et du terrain forestier San Grégorio.

Le jugement prononcé aujourd'hui est sans appel, le tribunal a complètement écarté les accusations d'attentats terroristes émis contre eux par la justice militaire et le ministère public. Même si il a été reconnu l'existence du délit, le tribunal n'a pas pu établir la participation des dirigeants dans les faits.

La troisième inculpée dans le procès, la sympathisante de la cause mapuche Patricia Troncoso Robles a été déclarée innocente de toutes les accusations. La sentence contre Pichun et Norin qui suite au jugement ont été remis en liberté et ont rejoint leurs communautés, sera rendue le 27 septembre prochain. Pour ce nouveau délit ils risquent une peine qui peut aller de cinq à dix ans de prison. Le jugement s'est rouvert aujourd'hui suite à la fête nationale sur les déclarations de la défense des trois accusés et de l'accusation représentée par le ministère public et l'ex ministre de l'agriculture Juan Agustin Figueroa.

C'est le second jugement prononcé contre les Lonkos et Patricia Troncoso, qui avaient été innocentés des charges requises contre eux, considérant que les preuves présentées par l'accusation ne permettait pas de façon précise de déterminer leur participation dans les incendies et attentats. La décision a été annulée, ensuite, par la cour suprême de justice de Santiago.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»