Mapuche-hommes de la terre
| home | bref | dernières nouvelles | dossier | plus d'infos | liens | contact |
Dossier: Prisonnier

mars 14 2003
Temuco.
Lettre ouverte des Prisonniers Politiques Mapuche.
du Centre Pénitencier Féminin de Temuco.

Les prisonniers politiques mapuche Bernardita et Angélica, accusées d’association illicite terroriste, recluses depuis 3 mois dans le CPF de Temuco. Le 26 février nous avons commencé une grève de la faim liquide pour une durée indéterminée. La décision de mettre en œuvre cette grève n’a pas été facile, car nous sommes conscientes que cela est dangereux pour notre intégrité physique et psychique. Cependant, nous sommes obligées en tant que Mapuche de dénoncer et exiger ce qui suit :

Nous exigeons la liberté immédiate de tous les prisonniers politiques mapuche qui sont reclus dans différentes prisons de la VIII et IX régions. Ils sont privés de liberté sans aucune preuve réelle en ce qui concerne leur participation dans des faits de violence. Au contraire, il s’agit de présomptions non fondées qui démontrent que les tribunaux fonctionnent avec la complicité de la classe politique chilienne corrompue.

Nous exigeons la fin des persécutions et des intimidations qui ont lieues à travers de violation de domicile, en créant avec cela un climat de terreur chez les enfants, les femmes et les personnes âgées, en exerçant un véritable et évident « terrorisme d’état ». Un sentiment d’insécurité, de peur et de méfiance existe dans une grande partie de la population mapuche. Actuellement n’importe quelle personne mapuche constitue un danger pour la société, elle est tout simplement un « terroriste ». De cette manière on est face à une politique mondiale de persécution envers ceux qui défendent leur vie, en mettant un frein à l’avarice et à l’ambition des grandes entreprises capitalistes qui envahissent et étendent avec force leur pouvoir. Pendant ce temps, l’inégalité sociale et la faim augmentent de jour en jour.

Nous refusons l’utilisation de lois créées sous la dictature (loi antiterroriste) dont l’objectif était de persécuter et mettre en péril tous les droits des personnes à travers de procès peu transparent et arbitraires. Ainsi, on peut citer les interceptions téléphoniques aux avocats défenseurs des Mapuche, le délais de non-communication des précédents ou les audiences secrètes.

Face à cela on peut s’interroger :

De quelle manière est-ce que la loi antiterroriste peut-elle encore être modulée en fonction des intérêts xénophobes et racistes ?

Pour terminer, nous faisons un appel à tous ceux qui respectent les droits de l’homme, pour que vous divulguiez toutes les injustices qui ont lieues envers le peuple mapuche, injustices dont le but est de protéger le grand terroriste du monde, « le capitalisme ».

Un grand bonjour à tous les lamgen-frères. La prison ne nous vaincra pas, au contraire, elle renforcera notre Rakiduam-pensée mapuche.

Justice pour la mort d’Alex Lemún !
Liberté à tous les prisonniers politiques mapuche !
Wewaiñ

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»