Mapuche-hommes de la terre
| home | bref | dernières nouvelles | dossier | plus d'infos | liens | contact |
Dossier:

25 avril 2008
Chili: Liste des prisonniers politiques mapuche.

L’application de la loi antiterroriste (nº 18.314), instaurée en 1984 sous la dictature, et modifiée à deux reprises (1991 et 2002) durant la période encore inachevée de "retour à la démocratie", a constitué jusqu'à maintenant l'un des principaux mécanismes pour accuser et condamner les dirigeants, autorités traditionnelles, membres et sympathisants des communautés Mapuche en conflit. D'autre part, le recours à la justice militaire pour juger les membres de communautés Mapuche s’opposant à l’intervention policière, lors de récupération de terres ou de manifestations pacifiques, a été un autre instrument important de répression envers les membres des communautés Mapuche. Enfin, le recours à la justice de droit commun est à présent de plus en plus fréquent.

PRISON D’ANGOL

Jaime Marileo Saravia(29 ans) appartient à la communauté mapuche de San Ramón (Ercilla). Il a été condamné à dix ans et un jour de prison pour délit d’incendie terroriste et à une amende de 400.000.000 pesos chiliens en faveur de l’entreprise forestière MININCO S.A. Il purge depuis août 2004 sa condamnation à la prison d’Angol (IXe région) où il a mené avec trois autres détenus une grève de la faim de 65 jours durant les mois de mars et d’avril 2006, afin de réclamer la libération de tous les prisonniers politiques Mapuche. Une demande au niveau de la CIDH (CAUSE 429-2005-Chile) a été présentée en son nom et aux noms de Patricia Troncoso, Patricio Marileo, José Huenchunao et Ciriaco Millacheo pour les nombreuses irrégularités observées durant le procès Poluco Pidenco. Il a entamé une grève de la faim avec Patricia Troncoso pendant plus de 2 mois, et a obtenu de bénéficier d’une sortie dominicale.

Hector Llaitul Carillanca(39 ans), dirigeant de la CAM (Coordinadora Arauco Malleco), est détenu en prison préventive. Il a été accusé d’une dizaine de présumés délits : incendie, port illégal d’armes, infraction à la loi de Sécurité intérieure de l’Etat. Il a été arrêté le 22 février dernier à Concepcion après avoir passé quatre ans en clandestinité. Il a rejoint la grève de la faim de Patricia Troncoso le 10 octobre 2007 et l’a suspendue le 30 décembre.

José Huenchunao Mariñan(37 ans), membre de la communauté El Malo, werken des communautés en conflit de Lleu Lleu, a été arrêté le 20 mars 2007 alors qu’il vivait dans la clandestinité depuis sa condamnation par contumace, en août 2004, pour sa participation supposée dans un incendie « terroriste » de la propriété Poluco Pidenco appartenant à l’entreprise forestière MININCO S.A. Ex-dirigeant de la CAM (Coordinadora Arauco Malleco), sa capture était un objectif prioritaire pour le ministère de l’Intérieur chilien. Il a rejoint la grève de la faim de Patricia Troncoso entamée le 10 octobre 2007 et l’a poursuivie plus de deux mois.

Luis Amable Catrimil Huenupe(60 ans), ancien dirigeant de la communauté de Tricauco, a été arrêté le 16 avril 2008. Il est accusé d’incendie terroriste de la propriété forestière de Poluco Pidenco. Il est resté dans la clandestinité près de 5 ans.

CENTRE D’EDUCATION ET DE TRAVAIL D’ANGOL

Patricia Troncoso Robles(38 ans), militante de la cause mapuche, a été condamnée à dix ans et un jour pour incendie « terroriste » de la propriété Poluco Pidenco et à une amende de 400.000.000 pesos chiliens en faveur de l’entreprise forestière MININCO S.A. Acquittée pour l’accusation d’incendie et de menace « terroristes » et pour l’accusation « d’association illicite terroriste », Patricia Troncoso purge depuis août 2004 une condamnation dans la prison d’Angol où elle a mené avec trois autres détenus une grève de la faim de 65 jours, durant les mois de mars et d’avril 2006, afin de réclamer la libération de tous les prisonniers politiques Mapuche. Une demande auprès de la CIDH (CAUSE 429-2005-Chile) a été présentée en son nom et aux noms de Jaime Marileo, Patricio Marileo, José Huenchunao et Ciriaco Millacheo en raison de nombreuses irrégularités observées durant le procès Poluco Pidenco. Après une seconde grève de la faim entamée le 10 octobre 2007 et qui a duré 112 jours, elle a obtenu d’être transférée dans un Centre d’Education et de Travail et de bénéficier d’une sortie en fin de semaine.

Juan Bautista Millalen Milla(34 ans), appartient à la communauté Catrio Ñancul (Collipulli), condamné en 2001 à une peine de 4 ans de prison, pour l’incendie d’une camionnette de gardes forestiers. Il est resté durant 6 ans dans la clandestinité, avant d’être arrêté le 12 avril 2007 et emprisonné à la prison d’Angol pour purger sa peine. Il a entamé une grève de la faim avec Patricia Troncoso pendant plus de 2 mois, et a obtenu d’être transféré également dans un Centre d’Education et de travail et de bénéficier d’une sortie dominicale.

CENTRE D’ÉDUCATION ET TRAVAIL (CET) DE VICTORIA

Juan Carlos Huenulao Lienmil(39 ans) appartient à la communauté de Tricauco (Ercilla). Il a été condamné, en avril 2005, à dix ans et un jour pour « incendie terroriste » et à une amende de 400.000.000 pesos chiliens en faveur de l’entreprise forestière MININCO S.A. Il purge, depuis le 19 février 2005, sa condamnation à la prison d’Angol (IXe région) où il a mené avec trois autres détenus une grève de la faim de 65 jours durant les mois de mars et d’avril 2006, afin de réclamer la libération de tous les prisonniers politiques Mapuche. Il faut préciser que Juan Carlos Huenulao a vécu clandestinement à peu près un an avant d’être arrêté. Il doit présenter prochainement une demande auprès de la Cour Interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH) pour les mêmes raisons que Patricia Troncoso, Jaime Marileo, Patricio Marileo, Ciriaco Millacheo et José Huenchunao (CAUSE 429-2005-Chile) pour les nombreuses irrégularités observées durant le procès Poluco Pidenco.

CENTRE D’ÉDUCATION ET TRAVAIL (CET) DE VILCUN

Patricio Marileo Saravia(33 ans), frère de Jaime Marileo Saravia, appartient à la communauté mapuche de San Ramón (Ercilla). Il a été condamné à dix ans et un jour pour délit d’incendie terroriste et à une amende de 400.000.000 pesos chiliens en faveur de l’entreprise forestière MININCO S.A. Il purgeait depuis août 2004 sa condamnation dans la prison d’Angol (IXe région) où il a mené avec trois autres détenus une grève de la faim de 65 jours durant les mois de mars et d’avril 2006, afin de réclamer la libération de tous les prisonniers politiques Mapuche. Au mois d’octobre 2006, après avoir séjourné plusieurs mois à l’hôpital de Temuco en raison de son état de santé délicat résultant de la grève de la faim qu’il avait menée, il a été transféré à la prison de Victoria (IX° région). Une demande a été déposée auprès de la CIDH (CAUSE 429-2005-Chile) en son nom et aux noms de Patricia Troncoso, Jaime Marileo, José Huenchunao et Ciriaco Millacheo pour les nombreuses irrégularités observées durant le procès Poluco Pidenco.

PRISON D’EL MANZANO À CONCEPCION

Ivan Lllanquileo(34 ans), Lonko de la Communauté Juana Millahual a été libéré le 9 novembre 2007 pour absence de preuves dans les inculpations dont il avait été l’objet. Quelques semaines plus tard, cette décision a été révoquée. Ivan Llanquileo s’est retrouvé dans la clandestinité et a été arrêté le 26 mars 2008 et accusé de port illégal d’arme.

PRISON D’ARAUCO

Luis Meñaco, arrêté le 14 avril 2008 et accusé de vol avec intimidation et incendie de véhicule lors d’une manifestation.

PRISON DE LEBU

Avelino Meñaco de la communauté de Pascual Coña (Lleu Lleu) a été arrêté le 26 décembre 2007, accusé de l’incendie d’une cabane sur la base de témoignages anonymes.

Pedro Lepicheo, de la communauté de Huentelolen, arrêté en novembre 2007 et accusé de vol avec intimidation et incendie de véhicule lors d’une manifestation.

Juan Mariñan Fernandez, arrêté en novembre 2007 et accusé de vol avec intimidation et incendie de véhicule lors d’une manifestation.

PRISON DE TRAIGUEN

José Belisario Llanquileo Antileo(28 ans), membre de la communauté Juana Millahual (Lago Lleu Lleu - Contulmo), est considéré comme le porte-parole de l’organisation Coordinadora Arauco Malleco et a été accusé d’avoir participé à l’incendie “terroriste” Poluco Pidenco, procès qui a déjà abouti à 4 condamnations à dix ans et un jour, et deux acquittements. José Llanquileo qui a été arrêté le 17 novembre 2006, il a été condamné à cinq ans et un jour de prison, le 14 février 2007.

CENTRE PÉNITENCIER POUR FEMMES DE TEMUCO

Juana Rosa Calfunao Paillalef, dirigeante de la communauté Juan Paillalef à Cunco, IX° Région), condamnée à 150 jours de prison pour désordre sur la voie publique. Elle se trouve actuellement dans un état de santé grave.

Sa sœur, Luisa Calfunao Paillalef, est emprisonnée également dans la prison pour femmes de Temuco.

PRISON DE TEMUCO

Antonio Cadin Huentelao, époux de Juana Calfunao Paillalef, est en prison préventive, accusé d’agression de deux procureurs du Ministère Public en novembre dernier.

RÉFUGIE POLITIQUE

Pascual Alejandro Pichun Collonao, s’est réfugié en Argentine depuis décembre 2005. Membre de la communauté de Temulemu et fils du lonko Pascual Pichún, il a été condamné comme son frère Rafaël à cinq ans de prison et au paiement d'une amende de 6 millions de pesos chiliens pour l'incendie présumé d'un camion de transport forestier.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»