Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

avril 2007
De la prison de Angol,
LETTRE OUVERTE
JOSE HUENCHUNAO MARIÑAN DEPUIS LA PRISON


De la prison d'Angol, en tant que prisonnier politique et werken mapuche, je
souhaite dire à la société civile, et plus particulièrement à mon peuple, que
ma détention est le produit du discernement de la police et d’une erreur que
j’ai assurément commise.

Le résultat de cette traque est que je suis aujourd'hui un prisonnier
politique persécuté par l’état chilien et le système de domination capitaliste
qui arrache les ressources naturelles appartenant au peuple Mapuche.

Je ne suis qu’un des nombreux prisonniers politiques mapuches incarcérés dans
les différentes prisons de cet état chilien. Nous savons bien que la prison est
la punition que l’état chilien, ainsi que ses opérateurs politiques et judiciaires, réservent à ceux qui luttent ou représentent socialement et politiquement la lutte du peuple-nation Mapuche.

Prochainement nous verrons notre peuple s'affranchir de cette oppression et
prendre dignement le chemin de la liberté et de l'autonomie de son territoire. La demande historique de notre peuple ne pourra être étouffée.

Elle se lèvera comme un emblème, une et dix fois, dans le cœur et l'action
politique des Mapuche.Les nôtres savent que leurs prisonniers, leurs clandestins et leurs morts, sont tels en raison de la légitime demande historique de notre peuple pour ses droits politiques et territoriaux. Soyez certains que je resterai en prison un mapuche, digne et fier d’être mapuche. CEUX QUI SONT DANS LES COMMUNAUTES SAURONT ORGANISER LA RESISTANCE ET LA RECONSTRUCTION DE NOTRE PEUPLE ET ASSURER LE CHEMIN DE LA LIBERTE QUILUI REVIENT.

Enfin, je tiens à dire qu'aucun cycle ne se ferme avec ma détention, pas
plus qu'elle ne désarticule une organisation supposée violente. Il n'en va là
que de phrases orchestrées qui ambitionnent de nier notre existence comme
peuple-nation. SOYEZ SURS QUE LES COMMUNAUTES, MEME SANS NOUS - LES SUPPOSES
LEADERS D’UNE ORGANISATION MAPUCHE - CONTINUERONT A REVENDIQUER ET A
RECONSTRUIRE  LEURS DROITS.

La justice n’existera que  lorsque sera reconnu  au peuple Mapuche les droits
de peuple-nation.

José Benicio Huenchunao Mariñan.
Prisonnier Politique Mapuche

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»