Mapuche-hommes de la terre
| home | bref | dernières nouvelles | dossier | plus d'infos | liens | contact |
Samedi 22 mars 2008
Journalistes français détenus.
«ils nous ont traité comme des délinquants»
source: http://www.emol.com/

Christopher Cyril Harrison et Joffrey Paul Rossj

Les journalistes français Christopher Cyril Harrison et Joffrey Paul Rossj, qui ont été détenus jeudi à Collipulli, se sont plaint d’avoir été traités comme des délinquants, lors d’une entrevue avec le journal austral de temuco. Les journalistes ont été arrêtés par les carabiniers lundi dernier sur le fundo de rené Urban, alors qu’ils filmaient un incendie provoqué par des inconnus sur un hectare d’avoine de la propriété.

Selon l’avocat de la famille Urban, ils ont reçu un appel les informant d’un début d’incendie sur le secteur de la Romana, face à la communauté de Temucuicui.

Quand ils sont arrivés sur les lieux, en compagnie des carabiniers, ils ont éteint l’incendie et se sont rendu compte qu’il y avait deux personnes filmant l’événement sur le chemin qui sépare le fundo de la communauté. Christopher Cyril qui est entré au chili comme touriste,le 21 février par la frontière des libérateurs et qui venait d’argentine, a qualifié cette arrestation comme un abus de la police.

Le personnel des carabiniers, pour sa part, a signalé que les deux jeunes français n’ont pas été détenus mais transférés vers le commissariat pour un contrôle d’identité. Et le préfet régional des services d’intelligence d’ajouter « comme il n’y a pas eu détention on ne peut pas parler d’arbitraire et encore moins d’abus ». Le journaliste Cyril a déclaré au journal austral de Temuco les détails de ce qu’il a vécu avec son compatriote.

Quelle est ta version de la détention?

Nous marchions avec Jorge Huenchullan et mon aide Joffrey et nous avons été arrêtés par la police, pour soit disant, un contrôle d’identité. Mon ami Joffrey n’avait pas son passeport sur lui et les carabiniers lui ont dit que cela constituait un délit très grave. Ils nous ont que nous devions aller à un commissariat pour un contrôle d’identité et que nous étions privés de liberté de circulation durant 10 heures, ceci nous a été répété tant à Collipulli qu’à Angol. Ils nous ont soustrait nos cameras et nos affaires.

Que penses tu de tout ça?

Ce que je pense personnellement c’est que nous avons été privés de liberté parce que nous étions en compagnie d’un porte parole mapuche, Jorge Huenchullan, et que si nous sommes libres c’est parce que nous sommes français et pas mapuches, si nous étions mapuches actuellement nous serions dans une prison, dans une pièce obscure sans eau ni lumière.

Comment avez-vous été traités par la police?

Nous avons été traités comme des délinquants. René et Hector Urban m’ont accusé d’avoir provoqué l’incendie, ce qui est faux. Ils nous ont accusé de provoquer l’incendie et d’être membre de l’ETA espagnol, ce que bien sur nous nions totalement.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»