Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

7 novembre 2007
kommémoration de l'assassinat
du Weichafe MapuChe Alex LEMUN


Alex Lemun

Jeune Mapuche agé de 17 ans abattu d'une balle dans la tête par les Forces spéciales policiaire chilienne lors d'une récupération pacifique de terres ancestrales le 7 novembre 2002. Son assassin, le Major Marco Aurelio Treuer Heysen, n'a été ni jugé ni sanctionné

Le merkredi 7 novembre à 19h, Place ste Opportune
devant le Pewen
M°chatelet-les Halles
veillée-projekzion-muzik

PEWKAYAEL

org.kakine@hotmail.com
http://mapuche.free.fr


En mémoire d’Alex Lemún
Pour la libération de tous les prisonniers politiques Mapuche
Fin de la répression policière dans le sud du Chili.


Le 7 novembre 2002, Alex Lemún, jeune Mapuche âgé de 17 ans, habitant la communauté de Montutui mapu (commune de Ercilla) était abattu d’une balle dans la tête par la police chilienne lors d’une récupération pacifique de terres ancestrales exploitées par une grande entreprise forestière. Son assassin, le Major Marco Aurelio Treuer Heysen, n’a été ni jugé ni sanctionné, rappelant l’impunité dont bénéficient encore aujourd’hui les tortionnaires qui se sont adonnés à des violations des droits de l’homme durant la dictature militaire.

Alex Lemún reste, dans la mémoire de tout un peuple, comme une victime de plus d’une "transition démocratique chilienne" qui, ces dernières années, a été entachée du sang et de la souffrance de familles qui ont osé se lever pour réclamer leurs droits civiques et territoriaux. Depuis l’année 1997, moment de la résurgence des revendications historiques du peuple Mapuche, on dénombre plusieurs morts dans les communautés et prisons, des centaines d’arrestations, de blessés et de membres de communautés et d’organisations mapuche ainsi que de sympathisants emprisonnés, condamnés à de lourdes peines. Les premiers touchés par cette violence policière sont les femmes et les enfants. Ainsi, le 30 octobre dernier, la communauté de Temucuicui a encore fait l’objet d’une vaste opération répressive se soldant par plusieurs blessés, dont un enfant de 10 ans atteint de deux balles tirées par la police. Le même jour, dans une autre communauté proche de Temuco, plusieurs personnes, dont un chef traditionnel ont été blessées et arrêtées, suite à une intervention policière destinée à expulser des familles mapuche venues récupérer leurs terres occupées par une entreprise forestière.

Aujourd’hui, une quinzaine de prisonniers politiques Mapuche, dont des dirigeants et chefs traditionnels, croupissent dans les geôles chiliennes. Depuis le 10 octobre 2007, 5 d’entre eux, Jaime Marileo, Patricia Troncoso, Juan Millalen, Héctor Llaitul et José Huenchunao, détenus dans la prison d’Angol, sont en grève de la faim illimitée. Se sont joints à leur action le Longko (chef traditionnel) Iván Llanquileo, détenu dans la prison de El Manzano, et Waikilaf Cadin Calfunao, incarcéré en prison de haute sécurité à Santiago du Chili, à 800 km de sa communauté. Ils ont pour revendications: la liberté de tous les prisonniers politiques mapuche, la démilitarisation des zones en conflit en territoires mapuche et la fin de la répression à l’encontre des communautés mapuche.

Tandis que l’impunité continue pour ceux qui ont commis des violations des droits de l’homme envers les Mapuche ou qui leur ont usurpé leurs terres, les injustices sociales s’accentuent, les revendications des organisations et des communautés ne sont pas écoutées quand elles ne sont pas "criminalisées". Malgré la ratification par l’Assemblée Générale de l’ONU de la "Déclaration universelle des droits des peuples autochtones" et la publication de différents rapports par des institutions internationales (ONU, FIDH, HRW, Amnesty International) dénonçant ces différentes atteintes aux droits du peuple mapuche, le gouvernement chilien continue à mener une répression contre les organisations et les communautés Mapuche revendiquant des droits politiques et territoriaux pourtant reconnus au niveau international.

Aussi, nous aimerions que cette journée du 7 novembre soit dédiée à la mémoire du jeune Alex Lemún, et à tous ceux qui ont été assassinés ces dernières années (Julio Huentekura, José Domingo Collihuin CatrilÊ; Rodrigo Cisternas…) et emprisonnés pour avoir réclamé justice et dignité pour le Peuple Mapuche.

Nous vous invitons à participer à une veillée qui aura lieu à la Place Sainte Opportune (Mo et RER Chatelet-Les Halles), au pied d’un Pewen (arbre sacré des mapuche de la Cordillère), le mercredi 7 novembre 2007, de 19 à 21 heures, afin de réaffirmer notre soutien aux prisonniers politiques mapuche en grève de la faim, aux familles des victimes de la répression au Chili et de réclamer "justice et liberté pour le Peuple Mapuche".

¡¡¡ M A R R I C H I W E W !!!

AlterKonexions, Association Kakiñe, Association PUEBLO, Association Terre et Liberté pour Arauco, Colectivo Viento Sur, Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques, Comité de Solidarité "RELMU-PARIS, Comité de Soutien aux Peuples du Chiapas en Lutte, La Cucaracha festival, MRAP Section Amérique latine, Réseau d'Information et de Soutien au Peuple Mapuche.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»