Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |
31 Aout 2007
Détention du Lonko Llanquileo et de sa sœur durant un ratissage de la commune de Rucañancu de Contulmo.

Dans la nuit du 31 août environ 300 effectifs de police ont envahi la commune de Rucañancu, voisine de la commune de Contulmo, sur les rives du lac Lleu Lleu. Durant cette opération a été détenu le lonko de la communauté Iván Llanquileo et sa soeur Maria. Des sources proches de la communauté et l’association des familles de prisonniers politiques de la Coordinadora Arauco Malleco, dénoncent un montage de la police qui aurait déposé des armes dans la communauté pour en justifier l’invasion.

Cette communauté, qui exerce un control territorial sur des terrains récupérés à l’entreprise forestière Arauco depuis dix ans, est la plus affectée par les projets miniers qui vont s’initier dans la région et a manifesté son refus de ce projet depuis 2003. L’entrepreneur  Jaime Troncoso Sáez prétend extraire du scandium à Rucañancu, et Leonardo Farkas Klein de la compagnie minière Santa Barbara attend, pour sa part, que lui soient concédées des demandes d’exploitation sur 70 000 hectares de la cordillère de Nahuelbuta, dans le secteur oriental du lac Leu Lleu, région de Carahue.

Curieusement la zone où se produisent ces incidents est classée “zone de protection Indigène” en accord avec l’actuelle législation. Sur celle-ci ne devraient pas se développer des projets qui puissent affecter la qualité de l’environnement, ni son paysage idyllique. Le maire de Tirua Adolfo Millabur a manifesté à de nombreuses reprises son rejet de cette initiative minière.

Les détenus durant cette opération policière sont frères de José Llanquileo, ex porte parole de la CAM, détenu à la prison de Traiguen.

María Llanquileo est chef de famille et mère de trois petits enfants de 12, 5 et 1 ans, pour sa part le lonko Iván Llanquileo (35 ans) a trois enfants, la plus petite Relmu, est âgée de quatre mois.Source argenpress info
«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»