Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

3 janvier 2008
Un jeune mapuche de 22 ans meure lors d’affrontements avec la police
Source TVN, journal el Gong d’Araucanie, Indymedia

Matias Catrileo

Matias Catrileo.

Lors d’une occupation de terres et au milieu de violents incidents, Matías Catrileo Quezada est mort ce matin d’une balle dans le dos, tirée par les forces de police, sur le fundo Santa Margarita de la commune de Vilcun. Mathias Catrileo Quezada qui était étudiant de l’université de la Frontera de Temuco, avec d’autres membres de communautés mapuches, est entré, à 6 heures 40, sur le fundo Santa Margarita, propriété de Jorge Luchsinger dans l’intention d’incendier 550 charges de fourrage qui se trouvaient sur les lieux.

Selon un flash spécial de la télévision TVN, ce 3 janvier à 10 heures, le corps de Mathias a été emporté par les mapuches qui refusent de le restituer aux autorités, déclarant qu’ils n’avaient aucune confiance dans la justice chilienne. Les mapuches exigent que le corps soit remis à l’évêque de Temuco, monseigneur Vial qui s’est engagé dans les négociations pour la libération des prisonniers politiques. Un jeune mapuche qui a participé aux incidents s’est mis en contact avec radio Bio Bio ce matin et a déclaré “ nous marchions et les carabiniers tiraient dans notre direction, avec des mitraillettes, un frère est mort. C’est Mathias Catrileo de 22 ans, il appuyait la lutte de communauté, ici.

Nous voulions faire une récupération pacifique mais les policiers sont arrivés et nous ont tiré dans le dos », selon lui, les mapuches étaient une trentaine et les effectifs de police du GOP étaient composés d’une cinquantaine de 50 personnes.

Suite à ce drame, les services d’intelligence chiliens se sont rendus sur les lieux dans l’attente de l’arrivée du juge qui doit commencer l’enquête. La zone est sous haute protection policière, et la tension déjà grande sur les lieux a monté d’un cran dans les dernières heures. Cet incident est le plus grave qui s’est produit depuis la mort d’Alex Lemun, en novembre 2003, sur le fundo Santa Elena de la commune de Ercilla. Le secrétaire de l’intérieur Felipe Harboe, a, pour sa part, lancé un appel au calme aux mapuches et insisté pour que soit restitué le corps de Mathias, ajoutant « dans un état de droit il est impossible de nier la remise d’un corps », corps qui selon Harboe se trouverait actuellement dans une école de la zone de Vilcun.

Le gouvernement, pour sa part, après avoir déclaré il y a quelques jours, par l’intermédiaire de Francisco Vidal, porte parole du gouvernement que « les auteurs d’incidents doivent s’attendre à en payer les conséquences, et une fois capturés et inculpés, comme il convient dans un état de droit, qu’ils ne viennent pas avec leurs grèves de la faim » ont déclaré, aujourd´hui, que conformément à la loi le corps doit être restitué à la justice chilienne. Ces très graves incidents interviennent, alors que Patricia Troncoso, prisonnière politique mapuche en est à 90 jours de grève de la faim et présente une aggravation de son état de santé jugé extrêmement préoccupante selon les médecins qui la surveillent.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»