Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

3 janvier 2008. 18 heures
Le corps de Mathias a été retrouvé et un militaire est chargé de mener l’enquête.

Sourcejournal el gong: http://www.gongaraucania.cl/
Indymedia y radio cooperativa

série de photos:
http://www.mapuche.nl/espanol/matias_catrileo030108.html

Selon les dernières informations le corps de Mathias Catrileo aurait été retrouvé cette après midi, l’avocat régional confirme avoir vu les restes du jeune mapuche dont le corps sera emmené au service médicolégal. Le corps présenterait un impact de balle dans l’abdomen.

Selon le journal el gong, les premiers rapports signalent que le juge Claudio Beratto sera chargé de l’enquête concernant l’incendie des 500 paquets de pâturage de l’entrepreneur Jorge Luchinsger, et un officiel militaire sera chargé de déterminer les circonstances de la mort du jeune étudiant mapuche de l’université de la Frontera, ce qui implique que selon cette procédure il ne prendra en compte que la version des carabiniers. « Violence inutile provoquant la mort » pourrait être le chef d’inculpation retenu contre le, ou les auteurs de la mort de l’étudiant mapuche. Selon le journal « el gong » qui s’est rendu sur les lieux les mapuches sont très méfiants concernant l’intervention du juge militaire José Pinto Aparicio parce que celui-ci a été désigné avant que Claudio Beratto se déclare incompétent.

Ce thème sera un des points difficiles des négociations des mapuches avec l’évêque Sixto Parzinger, qui s’est porté garant des procédures. Sur les lieux sont arrivés les avocats de l’observatoire des droits indigènes et l’avocat régional José Martinez. Selon la communauté Yupeco de la commune de Vilcun, les mapuches sont mécontents des premières diligences ordonnées par le juge militaire, qui a agit avant que le ministère public l’ait chargé du dossier concernant la mort de mathias. Un groupe d’étudiants a manifesté face à la préfecture et s’est réunit avec le préfet.

Une trentaine d’étudiants du foyers étudiant « Las Encinas » a manifesté a la prefête Yolanda Perez sa préoccupation pour la mort de leur camarade considérant qu’il s’agit d’un crime et d’une démonstration de répression de la part de l’état chilien.

Tension dans la zone de Malleco

Dans un climat extrême de tension les autorités prennent les mesures nécessaires pour éviter d’éventuelles représailles pour la mort de l’étudiant mapuche. Le préfet s’est réunit avec les carabiniers pour renforcer la sécurité et éviter qu’un nouveau drame se produise.

Demain soir un meeting est prévu à Santiago à l’appel de nombreuses organisations mapuches, tandis que les déclarations de condamnation se multiplient.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»