Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

5 janvier 2008
Adieu Mathias Catrileo, funérailles mapuches empreintes de dignité et tradition.
Source journal el gong

Matias Catrileo

Matias Catrileo

Des milliers de personnes se sont jointes au cortège funèbre de Mathias Catrileo Quezada, qui a été enterré cette après midi en territoire mapuche. Le secteur de Las Encinas et le foyer mapuche se sont peu à peu remplis de centaines de jeunes et de familles mapuches qui sont arrivés à la veillée funèbre, et ensuite se sont joints à l’innombrable foule qui s’est rendue au parc del Sendero. Les funérailles se sont réalisées sous l’étroite surveillance de militants cagoulés, qui munit de palin (instruments traditionnels mapuches ndt) et bâtons, se sont chargés de maintenir un strict contrôle de la presse et des personnes qui n’appartenaient pas au peuple mapuche.

A 15 heures 30, a commencé le bref parcours compris entre le lieu de la veillée et le cimetière, où la presse a été maintenue à cinquante mètres de distance, et avec la recommandation permanente des militants cagoulés de ne pas photographier l’urne du jeune universitaire.

A l’entrée du cimetière il a été impossible de filmer le passage de l’urne contenant les restes de Mathias, à la demande d’une machi (autorité religieuse mapuche ndt) qui ne doit sous aucun prétexte et selon les lois religieuses mapuches, être filmée ou photographiée.

Une fois tous les accompagnateurs de Mathias rentrés dans le cimetière, les portes du parc ont été fermées pour la presse et les non mapuches, tandis qu’à l’intérieur se déroulaient les derniers rites traditionnels. Aucune force de police en uniforme n’a pu être observée ni dans les rues adjacentes, ni dans le cimetière.

Durant la veillée funèbre, comme durant l’enterrement, ont été respectés à la lettre les rites mapuches, alors que la responsabilité de l’organisation de la cérémonie a été confiée aux dirigeants de la Coordinadora Arauco Malleco, qui se sont chargés que les traditions mapuches ne soient ni interrompues, ni perturbées, par des normes occidentales. Des centaines de mapuches, la majorité d’entre eux, vêtus de leurs costumes traditionnels et une branche de Canelo (arbre sacré des mapuches ndt) à la main, ont accompagné le cortège. A la fin de la cérémonie des camionnettes, camions, et automobiles ont emmené les mapuches vers Impérial, Vilcun, Malleco, Tirua, Arauco et Conception. Ce soir une veillée funèbre est convoquée, face au palais présidentiel de la moneda par des organisations mapuches urbaines.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»