Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

27 avril 2008
Le juge Guzmán au secours des mapuches.
Source www.valdivianoticias.cl

Juez Guzman

Hier il était à Queule, aujourd’hui à Mississipi pour découvrir, sur le terrain, la situation que vivent les communautés de la côte. Demain il se rendra à Liquiñe pour appuyer les communautés mapuches qui s’opposent aux entreprises hydroélectriques. Le juge Guzmán met ainsi en pratique sa décision et arrivera vers 11 heures sur la crique de Mississipi pour se réunir avec les organisations lafkenches et de pécheurs qui font partie du comité de la mer et qui s’opposent à la construction d’un aqueduc pour l’entreprise Cellulose Arauco, il annoncera aux communautés les actions concrètes à entreprendre pour éclairer le grave conflit et mettre fin aux intentions de l’entreprise forestière.

Le juge Guzman veut partager sur le terrain les moments dramatiques que vivent les communautés côtières, après qu’un contrat de centaines de millions proposé par la forestière au syndicat de pécheurs de la localité de Mehuin, plus connu sous le noms « des vendus », qui a divisé la communauté et les habitants de la zone, ait été signé et dont les conséquences sont entre autres le véritable débarquement sur la zone des dits vendus qui ont détruit à coups de pierre le siège social du Comité de défense de la mer et tenté de tuer ses dirigeants à plusieurs occasions.

L'actuel directeur du centre d'études des droits de l'homme de l'Université centrale, a commencé, hier samedi, sa visite sur le secteur affecté, il a participé à une réunion dans la crique de Queule, localité où est aussi présent le Comité de défense de la mer. Durant cette rencontre avec les gens de mer il a déclaré “ il y a un secteur qui est malhonnête et pervers” qui prétends empoisonner les eaux, il a critiqué l’attitude du gouvernement qui accepte cette situation et la “contradiction avec l’alarmante situation de l’environnement dans le monde”.

Durant son intervention il a mis l’accent sur la situation de l’environnement dans le monde, critiquant la passivité du gouvernement et de la classe politique face aux conflits des communautés avec les mega projets qui, selon lui, ne font qu’aggraver les dommages produits par le changement climatique.

Dans cette réunion est intervenu Boris Hualme porte parole du comité de défense de la mer et porte parole lafkenche qui a indiqué que la lutte contre l’aqueduc et pour le retrait de cellulose Arauco de cette initiative est un pas nécessaire pour une vie meilleure pour la communauté côtière, pour les pécheurs et les mapuches lafkenches.

Hualme est un dirigeant reconnu des communautés mapuches de la zone, il a expliqué que la défense de la mer a des liens profonds avec l’identité culturelle et religieuse de son peuple et a appelé à renforcer l’alliance avec les pécheurs pour s’opposer à l’aqueduc jusqu’à ce que l’entreprise retire son projet.

On a noté, aussi la présence de Teresa Castro, épouse de Eliab Viguera, qui a été porte parole du comité de défense de la mer, jusqu’à ce que les dirigeants lui demande de se retirer en raison de la tentative d’assassinat dont il a été victime.

Madame Castro a lancé un appel à ceux qui ont été tenté par l’argent qu’offre Celco “pensez à vos enfants et aux futures générations de pécheurs et réfléchissez aux divisions de la communauté de Mehuin”.

De la même manière Juana Beltrán, dirigeante de Queule s’est souvenue des familles qui ont souffert des actes de violence durant les dernières semaines et a qualifié de lâches les agresseurs de femmes de la zone qui défendent la mer.

A la fin de la tournée d’hier, le président du syndicat de pécheurs de Queule, Patricia Olivares a réalisé une brève et émouvante intervention pour saluer Teresa Castro et rappeler le travail du dirigeant Eliab Viguera, promettant de continuer la lutte de ce syndicat contre l’aqueduc.

L’activité s’est terminée par un repas offert par le syndicat durant lequel le juge Guzman a put prendre connaissance des témoignages de la violence qui se maintient dans la zone, les critiques faites au travail du juge de San José et à l’intendant Régional Ivan Flores, et enfin à l’absence de certains enfants à l’école de Mississipi en raison de la présence des forces spéciale de carabiniers.

Il faut rappeler que le célèbre juge (Guzman a inculpé Pinochet pour tortures et disparition puis a incarcéré la famille Pinochet quelques années plus tard NDT) a été nommé porte parole des communautés côtières à Mississipi en janvier 2006 en présence de nombreux chefs de communautés mapuches côtières.

Lundi 28 il voyagera vers la zone de la cordillère pour se réunir avec les communautés de Liquiñe, qui sont également en conflit avec l’entreprise internationale SN Power et sa filiale chilienne Trayenko et qui veut construire dans centrales hydroélectriques dans ce secteur.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»