Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

26 août 2007
Déclaration de lonkos à l’opinion publique et au gouvernement chilien

L’état chilien continue d’ignorer les légitimes revendications et droits mapuches, tout comme il a omis de prendre en compte les observations et recommandations des organismes internationaux de droits de l’homme, entre autres, le rapport  de l’envoyé spécial  Rodolfo Stavenhagen, du comité des droits de l’homme des nations unies.

Face à la plainte des lonkos Aniceto Norín y Pascual Pichún, reçue et déclarée recevable par la cour interaméricaine de droits de l”homme tout comme les observations postérieures en date du 15 Février, nous pouvons faire le constat suivant:

Les observations élaborées ont été transmises à l’état chilien le 27 avril de cette année et n’ont obtenu aucune réponse, le délais prévu pour le chili réponde était de deux mois, délais donc qui devait se terminer le 20 juin, le chili n’a pas demandé de surseoir à la décision et donc se retrouve hors délais et en rébellion avec un organisme international de droits de l’homme. Nous voulons exprimer notre mécontentement face à cette situation où le chili ne respecte pas l’opportunité que lui offre le système interaméricain de promotion et de défense des droits de l’homme, le fait qu’il n’est pas répondu dans les délais en plus de violer nos droits fondamentaux nous fait craindre que ce pays ne respecte pas les instances et dates stipulés dans la convention interaméricaine et dans le règlement de la commission.

Pour ces raisons nous dénonçons publiquement la forme d’agir de l’état chilien qui reflète le manque de respect permanent qu’il exprime face au  peuple mapuche et qui correspond non seulement à des violations des droits fondamentaux de ses membres mais aussi et maintenant une certaine rébellion qui freine les processus que le système interaméricain de droits de l’homme impose au chili, enfin nous informons que les lonkos et les organisations que nous appuient remettrons une lettre avec tous ces antécédents à la commission des droits de l’homme CDHI, dont la copie sera diffusée quand nous le jugerons opportun .

Cette déclaration est signée par un ensemble de lonkos et est accompagnée de trois annexes d’appui de différentes organisations.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»