Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

5 décembre 2007
La justice autorise le transfert des prisonniers mapuches en grève de la faim

La cour d’appellation de Temuco a autorisé, aujourd’hui, la gendarmerie à interner dans un centre hospitalier, si cela s’avère nécessaire, les cinq mapuches qui sont en grève de la faim depuis le 10 octobre dernier. Le recours de protection, déposé par le chef régional du service des prisons, a été voté unanimement par les juges du tribunal de la Araucanie, cette demande porte sur une autorisation de transfert vers un hôpital les prisonniers politiques José Huenchunao Mariñan, Héctor Llaitul Carillanca, Florencio Marileo Saravia, Juan Millalen Milla y Patricia Troncoso Robles. Les magistrats ont reconnu « le droit à manifester le rejet des conditions de détention à la condition que cette protestation ne mette pas en péril des vies », le respect de la vie constituant pour eux « le droit le plus important”. Le verdict indique que “De cette manière le refus d’ingérer des aliments, si il est vrai, entre dans la légalité de l’auto protection, liberté de consciente et d’opinion, ne peut s’opposer ou constituer un risque pour la vie des prisonniers, en conséquence l’état doit veiller au respect de ce droit suprême, tout en respectant les autres droits des grévistes ». Le verdict poursuit en indiquant “ est acceptée la demande constitutionnelle dans la mesure où il sera prouvé que la grève de la faim peut constituer un attentat contre la vie et l’intégrité physique, par conséquent la gendarmerie du chili, au travers de ses agents fera tout ce qui est nécessaire pour maintenir en bon état de santé les prisonniers, ce qui signifie qu’ils (les agents) devront être attentifs et réaliser les prescriptions médicales concernant leur alimentation et, si cela s’avère nécessaire, les soumettre aux prescriptions et traitements médicaux qui correspondent. La gendarmerie est autorisée, en cas d’urgence, à procéder  à l’internement des grévistes sous protection, dans un centre hospitalier, avec l’objectif de leur apporter la plus grande attention aux fins signalées antérieurement »

source journal la nation.  
http://www.lanacion.cl/prontus_noticias_v2/site/artic/20071204/pags/20071204170324.html

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»